Défendez le droit d'asile !

Bilan de la demande d'asile en Isère et en France: en hausse, mais surtout en Isère…

C'est bientôt l'heure des bilans.

Pour l'Isère, l'ADA a constaté pour 2017 une augmentation de 39% par rapport à 2016. le nombre de pays représentés reste similaire (55 pays contre 56 en 2016). Les 10 pays les plus représentés en 2017 (par ordre décroissant, et adultes uniquement) sont la République de Guinée (Conakry, 251), le Nigeria (139), la Macédoine (135), l'Albanie (124), le Soudan (102), la Serbie (94), la RDC (83), l'Angola (60), l'Afghanistan (54), et l'Algérie (53). La hiérarchie est légèrement modifiée par rapport à 2016 (1-Guinée C, 2-Albanie, 3-RDC, 4-Macédoine, 5-Nigeria, 6-Algérie, 7-Angola, 8-Kosovo, 9-Syrie, 10-Serbie).

Parmi les 1485 personnes primo arrivants reçues à l'ADA, 974 sont des hommes (+ 49% par rapport à 2016), 511 sont des femmes (+22% par rapport à 2016).  

 

L'accroissement d'activité a été très significatif par exemple pour les demandes de tarification solidaire: 1802 demandes TAG  contre 1033 en 2016 (soit + 74%) et 759 renouvellements contre 682 en 2016 (soit + 11%).

Pour le service hébergement, le nombre de personnes accueillies est équivalent à 2016, mais le nombre de nuitées offertes par les collectifs a été multiplié par 3: 14 267 nuitées en 2017 contre 4 483 en 2016. Les personnes accueillies restent plus longtemps dans ces hébergements citoyens.

 

Au niveau national, pour l’ensemble de l’année 2017, la demande d’asile globale introduite à l’OFPRA atteint les 100 412, en hausse de 17 % par rapport à 2016.

Les principaux pays d’origine de la demande d’asile en 2017 sont l’Albanie (7 630 demandes), l’Afghanistan (5 987), Haïti (4 934), le Soudan (4 486), la Guinée (3 780) et la Syrie (3 249). La demande en provenance de pays d’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire et la Guinée sont en progression notable.

En 2017, près de 43 000 personnes ont été placées sous la protection de l’OFPRA aux titres du statut de réfugié et de la protection subsidiaire, en hausse de 17 % par rapport à 2016.

En 2017, le taux de protection s’établit à 27 % à l’OFPRA et à 36 % en prenant en compte les décisions de la CNDA.

Le léger fléchissement du taux de protection par rapport à 2016 correspond à la hausse de demandes relevant de faibles taux de protection comme l’Albanie (6,5 %) et Haïti (2,8 %), tandis que les taux de protection pour certains pays restent élevés comme pour la Syrie (95,2 %), l’Afghanistan (83,1 %) et le Soudan (59,6 %).

L’OFPRA a pris en 2017 plus de 115 000 décisions, en hausse de près de 30 % par rapport à 2016, ce qui constitue un record historique depuis que la quasi-totalité des demandeurs d’asile ont droit à un entretien à l’OFPRA.

En conséquence, le délai moyen d’attente pour les demandeurs à l’OFPRA est tombé à près de 3 mois (114 jours), deux fois moins qu’en janvier 2015 (7,4 mois, soit 226 jours). L’OFPRA poursuit ses efforts pour atteindre en 2018 l’objectif des 2 mois

 

L’OFPRA insiste, dans son prérapport rendu public le 8/01/2017, sur le contenu de sa mission.

Il indique ainsi qu'il a poursuivi sa mobilisation particulière auprès des femmes victimes de violences, des personnes persécutées en raison de leur orientation sexuelle, des victimes de la traite des êtres humains, des mineurs isolés et des victimes de la torture, singulièrement dans le contexte des parcours douloureux des demandeurs en Libye. S’agissant de la protection des demandeuses d’asile, ce sont désormais plus de 6 000 petites filles et jeunes femmes qui sont placées sous la protection de l’OFPRA contre le risque de mutilations sexuelles féminines (+ 14 %  par rapport à 2016).

L’OFPRA a encore amplifié ses actions hors les murs de Fontenay-sous-Bois en menant 55 missions d’instruction temporaires (34 en France / 21 à l’étranger). Des missions dites "foraines" se sont régulièrement déroulées en France métropolitaine (Besançon, Bordeaux, Caen, Lille, Nantes, Nice, Rennes, Pau, Perpignan) et une présence permanente a été organisée à Lyon et à Metz. Outre-mer, une présence permanente a été organisée à Cayenne et une mission d’instruction a eu lieu à Mayotte.

Dans le même temps, 8 nouvelles missions permettant d’entendre 2 389 personnes ont été organisées en Europe pour la relocalisation, en Grèce jusqu’en septembre 2017 et en Italie pour la première fois en novembre 2017. L’Office a également poursuivi ses missions avec le HCR (13 missions) au bénéfice de réfugiés syriens en Turquie et au Liban (4 221 personnes entendues) et depuis les mois d’octobre et novembre au Tchad (230 personnes entendues) et au Niger (72 personnes dont les 25 premiers évacués de Libye par le HCR). L’ensemble de ces missions vont se poursuivre.

Vous êtes ici : Accueil Association ADA Bilan de la demande d'asile en Isère et en France: en hausse, mais surtout en Isère…